4d + Kick & Snare (A)

by 4d + Kick & Snare

supported by
Kick & Snare
Kick & Snare thumbnail
Kick & Snare N'oubliez pas de visiter les deux pages pour l'expérience complète! Favorite track: Slingshot.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $7 CAD  or more

     

1.
4d: Il surgit de la cour arrière En équilibre sur la clôture Ce n’est pas un pleurnichard Il faut se fier à son allure Chemise déchirée Et pantalon troué Les cheveux juste assez longs Pour le vent de les souffler C’est sûrement plus qu’une question De temps et d’aventure Certains diront, Que c’est le résultat de nos cultures Les créatures exposent canines et griffes en le voyant Il court vite et fait attention Heureusement, il ne nous en veut pas Combien de gens Cœur au vide Feraient bien de le croiser Le partage de son courage Serait le résultat souhaité Kick & Snare: J'ai rien d'un monstre pourquoi vous m’fuyez quand j'arrive? J'ai l'air bien sombre, mais j’suis un gars correct à limite J’laisse juste sortir le méchant J'ai la réponse que tout l’monde croyait impossible à trouver : j’fonce sans peur, sans gêne, insensible Puis, je fais l’vide de mon inconscient Espérant garder la raison Mais y’en a pas d’raison Tout c’qui compte c'est l’message Faut faire pression avec d’la rage et d’la présence Même si j'ai l'impression que j'en perds mes sens ou l'essence même de mon existence en tant que rappeur À part de ça, on chiale Sur mes mauvaises manières et mon apparence qui peuvent parfois faire peur Puis, on jase de mon personnage comme si c'était un maniaque, un fou, un vampire, un loup garou Qui s’transforme les soirs de pleine lune en une bestiale forme qu'il faut craindre, une lugubre créature des profondeurs J‘suis pas bien différent de tous vous autres dans l’fond J'arrive pas par en avant Moi, les barrières, j’les défonce Vous montrez peut-être les dents en m’voyant la tronche, mais comprenez donc qu'il était temps que j’passe l'éponge Je l'ai fait volontiers j'espère que c'était pas trop J’suis loin de regretter ce qui se passe Est-ce pour bientôt que les mentalités vont redescendre? Comme l'égo des personnalités connues, qui en ont juste trop J’veux pas faire de mal à personne J’voudrais juste que ma voix résonne puis qu'on la comprenne Y’a un but derrière chacun des gestes que j’pose et d’chacune des phrases que j’prononce C'est l’résultat d'un trop grand refoulement. mais maintenant la coupe est pleine
2.
4d: Ils font peur à tout le monde Ils cassent des gueules Puis ils menacent avec des guns Tout le monde sait qui sont là Puis qui sont qui C’est pour ça que je suis parti Dans mon spacecraft, UFO, saucer, spaceship Même si c’est pas safe Il faut que je décompresse Il manque d’espace sauf dans l’espace Je le jure je n’ai pas trahi les miens Vous croyez que j’ai fuit Que je vous ai trahi Votre félonie à fait que je fuis Je le jure je n’ai pas trahi les miens Kick & Snare: Parti dans mon space-ship, en amont comme en aval Au lieu d’rester ici, capsule spacio-temporelle téléportée en orbite, dans lune et dans les étoiles, Je m'envole et pas besoin d'ailes Entre l'attraction terrestre Et c’qui m'éloigne du reste Il y a tous ceux que je déteste Et qui m’comprennent pas juste parce que j’me laisse tenter par les prouesses d'un monde qu'on voit juste pas Les gens de mon espèce s'enfuient au loin, là-bas prennent souvent la défaite d'être dans leur bulle, pour pas choquer toute la planète c'est c’que j’fais tout l’temps, moi J’me suis enfui loin d'ici et c'était pas pour choquer personne Depuis l’temps que j’rêvais de’partir qu'il y en ait pas un qui m’raisonne Dans ma soucoupe, seul, j’gravite depuis trop longtemps déjà Il était temps que j'ose prendre la fuite et c'est pas pour rien que j'ai fait ça J'ai jamais trahi personne que par élan d'inattention La matérialisation forme à merveille nos piètres émotions J'ai dû vous quitter pour l'espace par simple force d'attraction gravitationnelle, qui supporte ce que vous nommez hallucination J’me sentais pris dans l’même vortex depuis déjà trop d’BPM J'ai dû délaisser mes complexes et mes idéaux au bord du chemin L'espace me manquait par en dedans tellement que j'ai dû partir au loin J'ai fait l’vide et maintenant j’suis plein d'un simple et unique grand rien
3.
4d: C’est par multiple de dix Que l’on compte le mérite C’est à la douzaine Que l’on compte le temps Muni de ma calculatrice qui travaille J’additionne L’objectif ultime ou l’altruisme La balance du jugement Le temps dont je dispose Semble s’allonger Le poids des choses varie En fonction de leur valeur Et de l’effort Ça pèse moins Quand ça vaut rien Quand c’est pas le mien Ni le tien Pourtant j’amasse tout sur mon passage Je suis du papier collant Rien ne me résiste Objets inutiles, pensées, émotions Une vrai motion fracassée Le divorce était régulier Entre mes idées Et mes idéaux C’est maintenant souvent mono Chaque moments Tous les battements Me rappellent à l’instant Chaque moments Tous les battements Me ramènent au présent Mono Kick & Snare: Du temps qu'on perd à additionner les secondes Jusqu'au salaire que, selon certains, on nous donne Combien on enterre de biens matériels dans les vidanges? On parle de taux horaire, mais réellement combien on gagne? Combien on jette? Combien on s'approprie d'idéaux en rechange? en fait, je m'en sacre J'oublie l'idée, mais ça m’dérange J’suis seul en face d'un équilibre invraisemblable La liste s'efface Iniquité qui nous sépare Le temps qui passe s'élastifie comme dans une fable pendant que j'entasse tout plein d'objets bizarres qui ne valent rien 4d - Qui ne valent rien d'autre que Des tas d’papiers entassés dans des boîtes aux vieux souvenirs qui n’veulent plus quitter ma mémoire Vouloir rattraper les moments passés dans l'espace d'un seul soupir, d'un clignement d'oeil, d'une feuille qui s’froisse Faut que j’respire Le temps s'arrête, mais aussitôt repart Le compte à rebours des années devient néfaste Trop d’nostalgie et d'idées polluent mes espoirs Trop d’choses en tête ne viennent pas d’moi Faut que j’les chasse de toute façon, qui va s’préoccuper du sort ou du bien des autres? c'est chacun pour soi dans la balance C’qui pèse, c'est l'or et non les battements d’coeur qui passent et tombent dans l'oubli à légers coups d’soixante Qu'est-ce qui s’passerait si l’monde entier s’divisait rien qu'une fraction d’ces phrases? Vu que j'ai si peur de c’qui suit, j’me prépare sans cesse au pire, mais faut croire que j’déphase La destruction de tout c’qui compte, dans ma tête, se fait en une milliseconde Si j’banalise tout C’est pas pour rien Mon coeur me dit de rien prendre pour mien Le seul fondement auquel je veux bien donner raison est la raison en elle-même J'encaisse les coups en métronome humain Des fois j’les fuis mais chaque battement me retient
4.
4d: J’ai appelé au secours Le téléphone sonne Dans la cabine Mais y’a personne J’ai crié au secours Déclenché l’alarme Amplifié la sirène Mais y’a personne Kick & Snare: Allô? Il y a quelqu'un? Allô? Répondez! Allô? Êtes-vous là? Allô? Aidez-moi! Jamais j'aurais cru ça, mais j'en suis rendu là Appeler tout l’monde dans l’bottin sans que personne ne réponde Enfin, mis à part peut-être l'opératrice qui m'a semblé un peu surprise par la réponse Que j'ai fini par donner à sa question : - C'est pour quelle ville? - Où tu voudras! J'ai nulle part où aller, plus personne veut m’parler, comme repaire un abri fait d’carton et d’papier J’cris, mais personne semble entendre À croire que mes cordes vocales sont défaillantes J'ai appelé ma famille, mes amis d'il y a longtemps Comme la vague impression que plus personne ne m’comprend Ou que je parle une autre langue, c'est tu moi l'étrange? J’perds toute notion du temps, les mots sortent sans que j’les pense Mes idées et pensées : salies. J'ai tout dépensé, ça y est. D’pas en parler c'est comme plus être en vie Trouver un téléphone, appuyer toutes les touches Peu importe dans quelle langue, qu'un mot sorte de ma bouche Tourner l’volume à trente,  l’potentiomètre est lousse Défoncer les tympans tout en étant sur mute Hystérie publique, défoncer la cabine Crier en pleine ville : «Je me fous d'avoir l'air louche» De m'exprimer, en principe, devrait pas être un crime J'ai pas dit un mot depuis plus qu'une secousse Mais à qui j’parlerais et de quoi? Faudrait que j’fasse quoi, dis-moi pour être au-dessus d’mes affaires? Leur mentir et leur dire que tout va bien? J’préfère de loin crier en vain Avec mon portevoix, ma pancarte en pleine rue On m'a pas laissé l’choix J’suis loin de m'admettre vaincu Plus besoin d’téléphone pour sonner l'alarme Si personne me répond tout le monde va m'entendre. Allô? Il y a quelqu'un? Allô? Répondez!
5.
03:09
4d: Tu pognes ton slingshot Tu casses des vitres Tu rembarques sur ton bicycle Pis tu décriss d’ici Un morceau de bois devient une carabine Tu tues des fakes oiseaux Avec un 10, une 12, un gun à plomb Direct dans le front Tu perds pas ton temps Tu lances des roches sur les chars qui passent Tu rembarques sur ton bicycle Pis tu décriss d’ici Peut-être qu’à l’époque ça faisait pitié D’être dans la rue à traîner Mais au moins on était pas assis Devant la criss de télé toute la journée Avec tes bottes d’eau Tu sautes dans le trou d’eau La bouette revole sur ta sœur Tu y avais pas pensé Tu pognes un têtard dans le ruisseau T’arraches les pattes des araignées Pis tu décriss avec ton bicycle Tu pognes un Mister Freeze au dépanneur Tu vois qu’il y a des gars qui t’attendent dehors Tu vas être obligé de te battre pour un Mister Freeze À qui qu’ils sont ces petits gars là Qui ne font rien pis qui sont dans la rue Qui mangent des claques dans la face Puis des coups de pieds dans le cul Aille toi vient ici mon petit tabar... Tout est fait pour s’imaginer Qu’on peut rester éffouairé À se bourrer la face Pis rêver pendant des années Ce limiter à ce qu’on sait ----- Notre potentiel naturel C’est d’imiter ce qui nous est montré On est élevé à se regarder avant de penser Kick & Snare: Zapper toute la journée C'est pas une grande activité Dans l’temps, t'avais trois postes à cette heure on peut plus les compter Sur l’bout des doigts, t’as un clavier ton vieux bicycle, tout dégonflé depuis qu’le Nintendo et l'Atari t'ont volé tes soirées Plus d'énergie à dépenser Ton petit bedon, tout engraissé à longue d'être écrasé sur ton divan t’as des plaies d’lit, regarde-toi! C'est pas dur de rester assis Sors dehors et vas-y jouer Fais des coups et des niaiseries C'est de même que t'apprends, pas devant la TV La cachette, la tag sans oublier la chasse aux crapauds dans l’fossé Se construire une cabane dans l'arbre même si c'est l’seul d’la rue et qu'il est même pas à toi Frapper n'importe quelle balle avec ton batte de baseball sans aller la chercher Sur l’toit de l'école, et du garage puis même de l'autre bord d’la haie d’cèdres d'à côté Jusqu'à ce que même ta mère entende toutes les voisines du bloc crier 4d – Ah ben toi, viens ici mon petit ta… On chiale qu'il y a rien d’neuf alors qu'on passe notre temps à regarder notre nombril La télé et notre technologie nous ont complètement ramollis Quand on était petits me semble qu'on faisait quelque chose de plus de nos vies On s’faisait du fun avec des vraies affaires À cette heure, on les oublie On est submergés dans une tonne d'images d'une vie qu'on a même pas choisie C'est la tête remplie d’scènes de films que notre jeunesse grandit, sans modèle à part c’qui semble réel devant leurs yeux naïfs ayant comme seul repère le virtuel Les deux pieds sur terre, mais la face sur l’Web Des Ipods sur les oreilles aux chats sur l’cellulaire D’la fiction à l'horreur, ce qu'on leur laisse voir c'est pas tout «all-age» Tout ça requiert plus que d’la compréhension Faudrait mettre des barrières à la plupart de leurs salons Leur rendre toute l'imagination qu'on leur enlève Et ça, dès qu'on ouvre un écran dans leur face Au lieu d’leur lire un livre C'en est rendu dégueulasse Dès qu'on tente d’leur faire comprendre on s’surprend à s’faire dire : Mais qu'est-ce que tu veux? Mais qu'est-ce que tu veux? Mais qu'est-ce que tu veux que j’fasse?
6.
03:22
4d: T’as décidé de plus bouger T’ai tanné qu’autour ça court T’ai pas sûr si tu vas faire un autre pas en avant Ça bouge tout croche en dedans Même arrêté ça s’arrête pas T’ai pas sûr si tu vas faire un autre pas en avant Réveille, ton point de vue c’est amincit T’observes d’un angle aigu Relève tes yeux du self-microscope Te rappelles-tu? T’avais eu l’idée de donner de ton temps Mais maintenant t’ai pris dans un sinus À la fréquence trop rapide Kick & Snare: Le temps s'en vient, le temps s'en va, le temps s'éteint Puis, tassez-vous donc de là! Quand tu penses que t'en sais trop, c'est pas tant c'est important de prendre ça cool, enfin T'es pris dans l’même cercle vicieux d'implication versus le temps Tu sais, celui dont tu disposais qui, finalement, s’passe autrement Devant tes yeux s’déroule ta vie, à toute vitesse Tellement que t’oublies d'y prendre part c'est malheureux, qu’souvent tu te dis Et ça te stresse : dès que t’y mets fin, eh bien ça repart T'y contrôles vraiment rien À cette heure, tu perds tous tes moyens T'avais cru être à la hauteur, maintenant tu sais que c'était en vain Mais là, toi t’es pris dans un train qui fonce dans l’vide à toute allure T'acceptes ça, malgré qu'on t'entraîne dans l'autre voie, au fur et à mesure de ta descente en tourbillon tu cherches encore à t'en sortir T'as pas compris que la seule et unique solution c'était d’plus bouger, ou bien de t'enfuir Le temps s'en vient, le temps s'en va, le temps s'éteint Puis, tassez-vous donc de là! Quand tu penses que t'en sais trop, c'est pas tant c'est important de prendre ça cool, enfin
7.
4d: L’environnement urbain Rend les gens de plus en plus croyants Chandail cool sur mes épaules J’accepte totalement ton nouveau rôle Ce n’est pas comme si Tu ne prêchais pas par l’exemple C’est très sélectionnée la beauté Ton salaire dépendra de ton air C’est l’âge ou nos modèles Exorcisent directement l’âme Où l’on utilise l’image En guise de devise Kick & Snare: D’un monde où l'apparence domine appuyé par un manque de confiance envers nos propres moyens En prime : on s’penche pas souvent sur la question d’croissance des influences qui crée une force d'attraction déviant nos petites existences vers une unique direction Des tendances, on devient l'otage jusqu’à en perdre toute notion d'identité, que pour l'image et la marque de nos pantalons Qui définit maintenant notre rôle et même le monde auquel l'on s’fond Ayant beauté comme seul langage, bernant toute une génération C'est l'âge où nos modèles exorcisent l'âme, et l'utilisent sous forme de devise C'est l'âge où nos modèles exorcisent l'âme, et utilisent l'image comme devise

about

Album concept composé entre Inukjuak, Trois-Rivières, Montérégie, Montréal et le Japon. 4d + Kick & Snare est un choc artistique qui a nécessité 5 ans de travail afin de se concrétiser.

ALBUM EN 2 PHASES (A-B) :

7 des 11 chansons de l'album sont disponibles ici tandis que les 4 autres pièces sont disponibles sur la page de Kick & Snare: kicketsnare.bandcamp.com
www.kicketsnare.com

NOTEZ BIEN QU'IL EST IMPORTANT DE VISITER
LES 2 PAGES POUR L'EXPÉRIENCE COMPLÈTE!

credits

released October 11, 2013

Paroles: 4d, Kick & Snare
Musique: 4d
Photos: 4d, Céline Argentini, Kick & Snare
Dessins: 4d

license

all rights reserved

tags

about

4d / Dominick Lareau

4d / Dominick Lareau

contact / help

Contact 4d / Dominick Lareau

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

4d / Dominick Lareau recommends:

If you like 4d + Kick & Snare (A), you may also like: